Archives mensuelles : juillet 2016

Pourquoi j’ai abandonné Pro Tools ?

Pure Perception Blog - Why I quit Pro Tools - DAW - stations de travail audionumérique - abandon

Comme bon nombre de personnes j’ai fait mes armes et appris les bases de l’enregistrement et de la production musicale sur Pro Tools. Dans ce temps jadis où ProTools LE 7.4 était édité par DigiDesign, avec la Digi 003 de mon pote Bruno et ma MBox 2, j’ai appris de manière quasi-autodidacte les fonctions de base de Pro Tools tout en suivant les évolutions vers ProTools 8, 9, 10 puis 11.

D’un point de vue purement financier, chaque transition était un budget conséquent, surtout pour un étudiant, mais afin de conserver mes habitudes de travail je ne m’étais pas particulièrement préoccupé de chercher une alternative. De plus, dans mon esprit, une mise à jour était synonyme de meilleure stabilité. Fou que j’étais !

D’un point de vue technique, à part une légère excursion sur Cubase, je n’avais pas franchement de point de comparaison. J’avais vaguement entendu parler de Sonar, de Fruity Loops et de Nuendo mais rien de concret.

Enfin, d’un point de vue pratique, la notion de « workflow » n’avait pas vraiment de sens puisque j’évoluais toujours dans le même environnement sans me demander si cet environnement me convenait.

Le confort et de bonnes habitudes de travail sont deux notions importantes dans l’utilisation de son séquenceur : il faut pouvoir évoluer assez librement pour ne pas être entravé dans son processus créatif. Néanmoins, il me semble intéressant, voire essentiel, de se poser la question de savoir si l’on utilise le(s) bon(s) outil(s) (pour soi).

Est arrivé un moment où je me suis rendu compte que je n’utilisais finalement ProTools qu’à défaut de connaître autre chose et qu’en plus de payer chaque mise à jour ainsi qu’un bundle de logiciels duquel je n’utilisais que le Channel Strip, je ne m’étais jamais vraiment posé la question de savoir si Pro Tools me convenait réellement.

Dans l’absolu, il ne me fallait que quelques points cruciaux : un séquenceur (duh !), un égaliseur et un compresseur ainsi que mes quelques instruments virtuels. Qu’à cela ne tienne : j’allais tester d’autres options !

J’ai d’abord tenté de tout transposer sous FL Studio (que j’utilise pour mes projets électro) mais il ne me semble pas nécessairement adapté à un usage autre que la production de musique électronique (je travaille principalement sur des projets metal/rock/pop). S’en sont suivi des essais divers avec Reason, Tracktion, Harrison Mixbus et d’autres.

Au final, j’ai testé Reaper de Cockos. Il m’est apparu comme le meilleur compromis : une interface sobre et personnalisable ; juste ce qu’il faut d’effets intégrés ; une compatibilité cross plateforme ; une grande stabilité et une grande légèreté. S’ajoute à cela une politique tarifaire plus que réglo.

Tout ça pour quoi ? Pour dire que Pro Tools c’est cher et c’est mal ? Non. Clairement pas. C’est comme prêcher que Windows est supérieur à Mac OS X ou l’inverse. Ou dire qu’une Ferrari est mieux qu’une Porsche. Au final, votre séquenceur est un instrument au même titre que votre guitare ou votre piano : vous devez vous sentir bien avec dans toutes ses dimensions pour l’exploiter facilement et vous focaliser sur votre créativité ; il doit également être adapté à l’utilisation que vous souhaitez en faire (ie. orientation électro pour FL Studio, plus généraliste pour Reaper).

J’ai trouvé mon équilibre avec Reaper (et FL Studio pour l’électro) ; je vous invite donc chaudement à tester d’autres DAWs pour envisager vos habitudes sous un angle différent et découvrir potentiellement de nouvelles façons de travailler !

Cyril Lauper, le 07/16/2016